Josefa de Obidos – peintre et pionnière du féminisme au Portugal.

Agnus Dei (Musée de Evora)
Agnus Dei (Musée de Evora)
Adoration des Bergers (Musée National d'art antique Lisbonne)
Adoration des Bergers (Musée National d’art antique Lisbonne)
Nature morte (Musée de Santarém)
Nature morte (Musée de Santarém)
Josefa de Obidos fut une peintre portugaise, considérée comme le plus important du XVII siècle au Portugal. Le cratère vénusien de Ayala a été nommé en son honneur.
Née a Séville a 20 février de 1630 et fille du peintre portugais Baltazar Gomes Figueira originaire d’Obidos et de l’andalouse Dona Catarina Camacho, Josefa aura depuis son plus jeune âge une relation avec la peinture que l’amènera au sommet de l’art au Portugal et a être vue comme l’artiste plus originale du baroque portugais avec un style unique, joyeux et richement ornementé. Dans une époque ou il n’avait pas trop de choix pour les femmes au niveau professionnel, Josefa va réussir son indépendance artistique et financière dans un monde encore très dominé par les hommes. Et pour que ça ait arrivé, son père lui a donné un certificat d’émancipation en 1661, la libérant d’autorisation paternelle pour vendre ses tableaux et acheter ses huiles. A partir de ce moment la, elle commence une carrière artistique avec laquelle saura s’enrichir en tenant compte du succès de son oeuvre. Ses tableaux sont pour elle un moyen d’ascension économique et lui donneront l’opportunité de montrer son talent autant par son travail artistique que par son talent pour les affaires. En plus, toujours dans le souci d’aider à l’émancipation des femmes elle encourage les religieuses des convents (qu’elle visite pour tes tableaux religieux) a travailler pour gagner l’indépendance financière. Féministe avant l’heure elle a comme objectif échapper a un destin de femme au foyer ou de nonne sans s’attirer la réprobation des hommes. Après une vie d’opulence elle meurt à 54 ans et lègue sont héritage a ses nièces qui elles-mêmes devront les transmettre à leurs filles si elles en ont. Dans son testament est écrit que jamais aucun homme pourra hériter de tout ce qu’elle a laissé.

Sources: Josefa de Obidos (wikipedia)
Josefa de Obidos: libérée par la peinture (Courrier International Hors-série histoire, Une histoire des femmes)

Anúncios

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão / Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão / Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão / Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão / Alterar )

Connecting to %s